• La boîte à outils

Elaborer une stratégie

Qu'est-ce que c'est ?

Un outil au format pdf et powerpoint à compléter afin de définir une stratégie par le biais d’une vision et d’objectifs à transmettre à tous les acteurs impliqués dans votre démarche.

 

A quoi ça sert ?

Pour élaborer une bonne stratégie, vous devez aligner votre vision avec le contexte existant dans lequel vous cherchez à vous inscrire. Cela implique que votre état des lieux soit parfaitement concerté avec vos collaborateurs. Vous devrez ainsi trouver une manière de transmettre cette vision à l’ensemble des acteurs de votre organisation car une bonne stratégie est une stratégie claire, simple et dans laquelle chacun de vos collaborateurs pourra se retrouver. L’élément essentiel de la stratégie sera avant tout votre capacité à la définir méthodiquement puis à la transmettre clairement.
Avant cela, il vous sera donc nécessaire d’utiliser une méthode de définition de vos objectifs telle que celle présentée dans Comment Faire (en l’adaptant autant que de besoin).
Votre objectif sera enfin de comprendre comment vous allez attribuer ces objectifs aux différents acteurs qui vous permettront de mettre en œuvre ou d’accompagner votre projet.

Établir une vision

Établir une vision, c’est comprendre ce que vous souhaitez réussir à long terme. Cette échelle peut être quelques semaines ou quelques mois pour un projet, ou bien au contraire quelques années par rapport à un objectif politique – par exemple : « réduire la pauvreté ». Vous pouvez préciser cette vision tant que cela ne nuira pas à la bonne compréhension de votre projet par l’ensemble de vos collaborateurs – par exemple : réduire la pauvreté en augmentant les déplacement pendulaire sur un territoire X ».

Une fois cette vision établie vous devrez la préciser par des objectifs d’ordre plus opérationnels. Vous pouvez en cela vous aider de la méthode présentée précédemment dans la démarch design de Comment Faire, la méthode « formuler un objectif ».

Définir le contexte

Une fois votre vision établie votre premier objectif est d’établir un diagnostic éclairé du réel.

Pour cela vous devez comprendre quel est l’écosystème existant avec lequel vous allez devoir collaborer (pour trouver votre vision en utilisant l’intelligence collective, vous pouvez par exemple « mettre en place un atelier collaboratif » ou un focus group composé d’experts du sujet). Pour vous aider, vous pouvez par exemple utiliser la méthode « Identifier les acteurs » (disponible au sein de la section « Déployer une solution »). Si vous travaillez par exemple sur le champ de la Sécurité, vous allez devoir identifier quelles sont les entreprises qui travaillent sur des solutions propres à votre problématique – par exemple : un groupement d’entreprises innovantes de la Cybersécurité. Si vous travaillez sur la biodiversité et le problème de la pollinisation, vous allez devoir identifier les scientifiques qui ont travaillé sur le sujet, des associations particulièrement engagées ou bien encore des acteurs internationaux – par exemple : un collectif d’apiculteurs, des chercheurs européens de l’IPBES travaillant sur les pollinisateurs…

Une fois ce travail fait, vous devez ensuite établir un rapide diagnostic (une phrase environ) du contexte actuel de votre problème.

Le contexte peut ici prendre la forme d’un problème précis – par exemple : « le territoire x souffre d’un problème de déclassement culturel par rapport au territoire y », « la validation de cet acte passe par plusieurs processus redondants au sein de nombreux services et différentes structures, ce qui occasionne des coûts de friction et une perte de temps »). Ou bien vous pouvez au contraire faire ressortir la controverse principale existant sur le sujet, en l’abordant sous un angle scientifique – par exemple : « les plans de développement économique locaux semblent ne pas intégrer le critère de l’innovation ou de l’attractivité dans les projets entrepreneuriaux retenus ». Établir un contexte est ici avant tout être conscient de la réalité et pointer le doigt de prime abord sur des problèmes de nature sensible. Ce sont ces mêmes problèmes qui feront réagir les membres de l’ecosystème sur lequel vous chercherez à agir et qui vous permettront d’identifier les informations existantes.

Une fois le contexte établi, vous allez devoir identifier toutes les structures administratives que vous pourriez contacter qui travailleraient sur le même problème.

L’un des points clés d’une stratégie qui fonctionne est de savoir s’entourer d’acteurs avec lesquels vous allez mettre en place un stratégie « gagnant – gagnant ». Si vous avancez, alors ils avanceront eux aussi et non seulement vous serez plus efficace, mais en plus vous pourrez facilement dégager des économies. Vous devez ainsi prendre attache avec des administrations qui travaillent sur des sujets similaires ou complémentaires aux vôtres. En ce sens, n’hésitez pas à travailler avec des acteurs de différentes échelles ou formes administratives. S’ils sont complémentaires, il est ainsi parfaitement naturel que des services de l’Etat travaillent avec des collectivités locales, des opérateurs publics ou encore des agences qui pourraient leur faire bénéficier d’un apport technique – par exemple : l’Agence Nationale des Fréquences pourrait apporter son soutien à la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) et à une collectivité locale qui souhaiterait mettre en place un système d’espaces verts connectés.

Une fois les services complémentaires identifiés, vous devez identifier les moyens dont vous bénéficier pour mettre en place votre stratégie.

Vous devez définir vos moyens à l’instant T puis de noter les opportunités humaines et financières qui pourrait s’offrir à vous par la suite si vous réussissez à aligner tous les acteurs sur votre stratégie. Les moyens dont vous disposez sont votre « capital projet », celui-ci englobe les hommes, les outils mobilisables facilement, l’argent dont vous disposez et votre influence (qui peut s’incarner soit par votre pouvoir de nuisance, soit par votre facilité à améliorer la vie de vos partenaires).

Enfin, vous devrez définir la temporalité dans laquelle s’inscrit votre projet.

Travaillez-vous sur un projet à court, moyen ou long terme ? Quelles sont vos principales échéances ? Cet élément est essentiel dans la transmission de votre stratégie à l’ensemble des acteurs de votre projet.

Transmettre la stratégie

C’est le moment essentiel de la définition de votre stratégie. Tous vos collaborateurs et les acteurs que vous allez mobiliser doivent comprendre votre stratégie et clairement identifier l’objectif spécifique pour lesquels vous les solliciter. Cela vous permet de faire passer votre message, et surtout d’éviter de susciter une forme de défiance. C’est le moment le plus subtil de la stratégie car il impose de « jouer les acteurs », afin de valoriser les objectifs de chacun d’entre eux. Vous devez ici comprendre comment parler spécifiquement à chaque acteur. Pour vous aider, vous pouvez là encore utiliser le canevas « Identifier les acteurs » disponible à la section « Déployer votre projet ».
Nous publierons prochainement la méthode « Mettre en place une stratégie d’influence » afin de vous aider à comprendre comment valoriser chacun de vos collaborateurs tout en mettant en place une relation « gagnant – gagnant » avec vos partenaires, relation qui permettra de valoriser chacun. En deux mots, votre objectif est ici de comprendre comment vos objectifs permettront de valoriser un groupe ou un individu.

Comment l'utiliser ?

Établir une vision

Établir une vision, c’est comprendre ce que vous souhaitez réussir à long terme. Cela peut être quelques semaines ou quelques mois à l’échelle d’un projet, ou bien au contraire à l’échelle de quelques années par rapport à un objectif politique – par exemple : « réduire la pauvreté ». Vous pouvez préciser cette vision tant que cela ne nuira pas à la bonne compréhension de votre projet par l’ensemble de vos collaborateurs – par exemple : réduire la pauvreté en augmentant les déplacement pendulaire sur un territoire X ».

Une fois cette vision établie vous devrez la préciser par des objectifs d’ordre plus opérationnels. Vous pouvez en cela vous aider de la méthode précédente, « formuler un objectif ».

Définir le contexte

Une fois votre vision établie vous devez établir un diagnostic éclairé du réel.

Pour cela vous devez comprendre quel est l’écosystème existant avec lequel vous allez devoir collaborer (en mettant en place par exemple un atelier collaboratif ou un focus group). Pour vous aider, vous pouvez par exemple utiliser la méthode « Identifier les acteurs » (disponible au sein de la section « Déployer une solution »). Si vous travaillez par exemple sur le champ de la Sécurité, vous allez devoir identifier quelles sont les entreprises qui travaillent sur des solutions propres à votre problématique – par exemple : un groupement d’entreprises innovantes de la Cybersécurité. Si vous travaillez sur la biodiversité et le problème de la pollinisation, vous allez devoir identifier les scientifiques qui ont travaillé sur le sujet, des associations particulièrement engagées ou bien encore des acteurs internationaux – par exemple : un collectif d’apiculteurs, des chercheurs européens de l’IPBES travaillant sur les pollinisateurs…

Une fois ce travail fait, vous devez établir un rapide diagnostic (une phrase environ) du contexte actuel de votre problème.

Le contexte peut ici prendre la forme d’un problème précis – par exemple : « le territoire x souffre d’un problème de déclassement culturel par rapport au territoire y », « la validation de cet acte passe par plusieurs processus redondant au sein de différentes structures, ce qui occasionne des coûts de friction et une perte de temps »). Ou bien vous pouvez au contraire faire ressortir la controverse principale existant sur le sujet, en l’abordant sous un angle scientifique – par exemple : « les plans de développement économique locaux semblent ne pas intégrer le critère de l’innovation ou de l’attractivité dans les projets entrepreneuriaux retenus ». Établir un contexte est avant tout être conscient de la réalité et mettre le droit sur des problèmes de nature sensible.

Une fois le contexte établi, vous allez devoir identifier toutes les structures administratives que vous pourriez contacter qui travailleraient sur le même problème.

L’un des points clés d’une stratégie qui fonctionne est de savoir s’entourer d’acteurs avec lesquels vous allez mettre en place un stratégie « gagnant – gagnant ». Si vous avancez, alors ils avanceront eux aussi et non seulement vous serez plus efficace, mais en plus vous pourrez facilement dégager des économies. Vous devez ainsi prendre attache avec des administrations qui travaillent sur des sujets similaires ou complémentaires aux vôtres. En ce sens, n’hésitez pas à travailler avec des acteurs de différentes échelles ou formes administratives. S’ils sont complémentaires, il est ainsi parfaitement naturel que des services de l’Etat travaillent avec des collectivités locales, des opérateurs publics ou encore des agences qui pourraient leur faire bénéficier d’un apport technique – par exemple : l’Agence Nationale des Fréquences pourrait apporter son soutien à la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) et à une collectivité locale qui souhaiterait mettre en place un système d’espaces verts connectés.

Une fois les services complémentaires identifiés, vous devez identifier les moyens dont vous bénéficier pour mettre en place votre stratégie.

Vous devez définir vos moyens à l’instant T puis de noter les opportunités humaines et financières qui pourrait s’offrir à vous par la suite si vous réussissez à aligner tous les acteurs sur votre stratégie. Les moyens dont vous disposez sont votre « capital projet », celui-ci englobe les hommes, les outils mobilisables facilement, l’argent dont vous disposez et votre influence (qui peut s’incarner soit par votre pouvoir de nuisance, soit par votre facilité à améliorer la vie de vos partenaires).

Enfin, vous devrez définir la temporalité dans laquelle s’inscrit votre projet.

Travaillez-vous sur un projet à court, moyen ou long terme ? Quelles sont vos principales échéances ? Cet élément est essentiel dans la transmission de votre stratégie à l’ensemble des acteurs de votre projet.

Transmettre la stratégie

C’est le moment essentiel de la définition de votre stratégie. Tous vos collaborateurs et les acteurs que vous allez mobiliser doivent comprendre votre stratégie et clairement identifier l’objectif spécifique pour lesquels vous les solliciter. Cela vous permet de faire passer votre message, et surtout d’éviter de susciter une forme de défiance. C’est le moment le plus subtil de la stratégie car il impose de « jouer les acteurs », afin de valoriser les objectifs de chacun d’entre eux. Vous devez ici comprendre comment parler spécifiquement à chaque acteur. Pour vous aider, vous pouvez là encore utiliser le canevas « Identifier les acteurs » disponible à la section « Déployer votre projet ».
Nous publierons prochainement la méthode « Mettre en place une stratégie d’influence » afin de vous aider à comprendre comment valoriser chacun de vos collaborateurs tout en mettant en place une relation « gagnant – gagnant » avec vos partenaires, relation qui permettra de valoriser chacun. En deux mots, votre objectif est ici de comprendre comment vos objectifs permettront de valoriser un groupe ou un individu.